Elle revenait du top 50, Lilly ! :

Il aura fallu patienter cinq longues années afin de pouvoir réécouter le bon son du groupe frenchy Lilly Wood and the Prick, mais demain l’affront sera réparé avec la sortie de l’opus Most anything, dont le premier extrait Lonely Life tape en plein dans le mille du confinement forcé, avec un clip où l’on voit le duo discuter, rigoler, pratiquer les gestes du quotidien l’un en face de l’autre par le biais de différentes plateformes que ce soit via Skype en passant par Face Time. L’inspiration semble leur être revenue au cours de l’été dernier alors que le groupe séjournait en Vendée et que des accords de guitares sont venus donner la vie à un premier texte tout droit inspiré du confinement. Dans leur dernier clip, ils ont voulu véhiculer le parfum d’isolement qui flotte dans l’air et qui nous touche toutes et tous, en dévoilant le quotidien du groupe sans camouflage et avec un sentiment de véracité, sans oublier la touche de tendresse et de douceur qui nous sied si bien en ces temps perturbés. Parmi les autres thèmes abordés dans ce nouvel opus, citons la brutalité du viol, la liberté de vouloir donner la vie ou pas, le poids de la solitude, la beauté d’être soi-même, l’amour que l’on ne fait plus depuis longtemps sous-prétexte d’aimer trop. Pour la première fois, le groupe a su s’abandonner et remettre la quasi totalité de la production de cet album entre les mains de Pierre Guimard, pour un album aux effluves taillées pour les dancefloors, qui sent déjà bon l’été français où rien ne pourra arriver cette fois, du moins souhaitons le !.

CHRISTOPHE COCU (335)

Auteur ConFestMag
Président du fan club officiel de Mylène Farmer Belgique

Share

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire