CREDIT PHOTO / Annie LEIBOVITZ

Mais que se passe-t-il pour l’idole de toute une génération , Ed Sheeran ?. Accusé dans un premier temps d’avoir plagié la star de la Soul, Marvin Gaye, et son pharaonique tube « Let’s Get It On » qui remonte à 1973, pour se le réapproprier à son compte personnel afin de donner naissance à son tube planétaire « Thinking Out Loud », voilà que l’on apprenait que sa compagne développait une tumeur au moment même où elle attendait un heureux événement. Concernant l’issue de la première mésaventure de l’artiste qui avait d’ailleurs menacé de ne plus s’adonner à la composition de nouveaux titres s’il venait à perdre son procès, on sait désormais que tout s’est bien terminé pour lui et les plaignants qui étaient les héritiers d’Ed Townsend, musicien et producteur américain qui avait co-écrit avec Marvin Gaye, « Let’s Get It On » s’en sont retournés dans leur pénates, les bras déchargés de tout triomphe et pour la seconde fois de sa carrière, Ed Sheeran échappe ainsi au déshonneur, après avoir déjà été accusé en 2022 par deux musiciens d’avoir puisé dans leurs compositions, afin d’y extraire l’un de ses autres hits, « Shape of You ». Concernant le problème de santé dont est victime sa compagne, on sait désormais qu’il n’y aurait pas de thérapie possible tant que la compagne de l’artiste n’aura pas donné vie à son second enfant.

Parallèlement à toutes ses mésaventures du moment, l’artiste fait l’objet d’un documentaire « The Sum of it all », qui se compose de quatre parties et qui nous décrit le quotidien d’Ed Sheeran entre sa grande réussite sur le plan professionnel et ses difficultés au niveau de sa vie privée, une autre façon en somme de partir à la recherche des nouvelles sources d’inspiration qui ont mené à la création d’un nouvel opus qui par conséquent arrive beaucoup plus tôt que prévu, après une dernière tournée triomphale qui était passée par le Stade Baudouin (Belgique), l’an dernier et un avant-dernier album qui a cartonné comme de coutume grâce à des singles comme « Bad Habits » et « Sheever ». Adepte des mathématiques, Ed Sheeran a donné pour titre à ce nouvel opus « Subtract » pour « Soustraction », lui permettant ainsi de boucler un projet qui a démarré voici une bonne douzaine d’années avec les albums « Plus », « Multiply » et « Divide ».

Armé de sa seule voix et d’une guitare, Ed Sheeran casse ici son image de faiseurs de hits donnant pour la plus grande majorité, la pêche au sirop et revient ici avec quatorze titres sélectionnés parmi des dizaines composés au cours des dernières années, on ne peut plus intimistes et épurés avec des thématiques peu joyeuses mais qui peuvent faire malheureusement partie du lot de tout le monde, telles la mort de son meilleur ami, la tumeur développée par sa femme enceinte, avec l’envie de remettre les compteurs à zéro pour ce qui est de la façon d’écrire, et en appelant à la rescousse, Aaron Dessner du groupe « The National », qui dans le milieu musical est une véritable pointure dans le genre dans lequel il excelle, à savoir l’Indie-Rock. Si le chagrin met instantanément fin à toute forme de jeunesse, alors il est certain que le public d’Ed Sheeran va en prendre pour son capital vieillesse tant les sentiments de tristesse et de confusion sont profonds sur cette nouvelle collection de chansons.

Cherchant à livrer à son public le meilleur des albums acoustiques depuis une décennie, tout en enregistrant des centaines de chansons, les derniers événements malheureux qui ont fait basculer la vie de Ed Sheeran ont carrément modifié sa façon de vivre, sa santé mentale et surtout sa façon de percevoir la musique et l’art en général. Tout en tentant se raccrocher à la vie du mieux qu’il pouvait, l’artiste a remplacé tout un travail effectué en amont depuis des années par des titres issus de ses pensées les plus sombres. Sa démarche artistique est donc évidemment plus que claire, il ne s’agit pas ici de se mettre à une table et de lutter contre l’angoisse de la page blanche pour tenter d’accoucher du meilleur album crédible possible, mais bien de se plonger corps et âme dans les affres d’une vie capturés à l’Instant T, pour en extraire un album conceptuel qui représente très exactement où en est l’artiste à l’heure actuelle et la façon avec laquelle il a besoin de s’exprimer, tout en ouvrant la trappe de son âme à un public fidèle dans l’unique but de leur livrer un concept musical honnête et fidèle à son ressenti du moment par rapport à sa vie d’adulte, balayant tout forme d’innocence.

Même dépité mentalement, et lanceur d’alerte en nous invitant à préparer nos mouchoirs, Ed Sheeran n’en demeure pas moins, un écrivain et un faiseur de chansons qui sort de la norme et impossible de ne pas se laisser emporter par des titres actuels tels que « Salt Water » ou encore « Eyes Closed », bref du fort bel ouvrage certes engrangé dans la peine pour ne pas dire à l’aide des tripes, mais qui n’en demeure pas moins une suite logique et mathématique qui met ici fin avec brio, à un concept démarré voici bon nombre d’années.

CHRISTOPHE COCU (96)

Auteur ConFestMag
Président du fan club officiel de Mylène Farmer Belgique

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :