Cats on Trees, un Alie qui vous veut du bien ! :

Débarqués au sein du milieu artistique avec un premier single « Siren Calls », qui a obtenu 15 millions de vues sur le net, excusez-du peu, succès vite confirmé par un autre titre tout aussi Brillant « Jimmy » qui sera même repris plus tard en trio avec Calogero, The Cats on Trees, duo composé par Nina Goern et Yohan Hennequin, remettent le couvert en cette fin de semaine avec un troisième album « Alie », qui succède ainsi à Néon, qui s’était démarqué du premier par une durée assez courte soit 35 minutes, un seul titre dans la langue de Molière mais toujours avec une même marque de fabrique caractérisée par une musique pop qui laisse la part belle au piano et à la batterie, pour un succès jamais démenti de sorte que même la RTBF leur a fait confiance en les invitant à participer en tant que coach à l’édition The Voice Belgique, preuve que leur renommée s’était déjà bien installée un peu partout. En guise d’apéritif, le groupe Toulousain avait déjà donné l’an dernier au public, un avant-goût de ce que serait ce troisième album avec le single « please, please, please », qui n’est pas vraiment un titre inédit vu qu’il était destiné à l’album précédent, mais que tout simplement sa place n’avait pas encore été déterminante pour y figurer, mais en musique toutes les chansons ne se jettent pas et/ou restent dans un tiroir, et par conséquent avec la mélodie que renfermait « please, please, please », le groupe Toulousain ne pouvait pas en rester sur une symphonie inachevée et grâce à la collaboration avec le mixeur Mark Spike Stent réputé pour faire partie du top 3 des meilleurs au monde et Liam Howe, ils se sont remis au travail et ont fait de leur première version, qqchse de plus épuré qui a contribué à mieux révéler le titre que le groupe espère faire aimer aux Toulousains, mais pas que vu que l’international verra éclore ce titre à travers les charts, et vu que cette chanson a été retravaillée en pleine crise sanitaire, elle fait bien entendu écho aux épreuves que nous vivons depuis deux années maintenant, avec notre façon à nous de nous replacer dans un contexte bouleversé et de mettre en lumière notre relation dans le couple, mais aussi avec les autres, tout en acceptant nos propres travers et ceux d’autrui, pour une meilleure harmonie d’après crise. Se refusant à reproduire les mêmes choses, le groupe est cette fois revenu avec des textes plus intimistes que l’on doit à leur vécu du moment et des dernières années, tout en puisant un peu plus dans la chanson française avec cette fois 3 titres amorçant bien leur goût prononcé pour la bonne musique anglophone et francophone, avec également pour la première fois et au vu de la situation sanitaire, un album réalisé à distance avec néanmoins la joie de se retrouver dans des conditions d’enregistrement particulières, avec une inspiration qui n’était pas au rendez-vous dès le départ, au vu de ce satané virus qui était venu polluer notre paysage. Pour celles et ceux qui chercheraient une définition au terme Alie qui donne son titre à l’album, sachez qu’il n’y a rien à définir, c’est tout simplement le prénom d’une amie commune au groupe, qui revient vraiment en force avec un album idéal pour terminer ce mois de janvier.

CHRISTOPHE COCU (542)

Auteur ConFestMag
Président du fan club officiel de Mylène Farmer Belgique

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :