Axel Bauer, le Cargo à nouveau à quai ! :

Il aura fallu attendre neuf longues années pour retrouver Axel Bauer dans les rayons des disquaires, et ce n’était pas un choix délibéré mais bien entre autre un combat contre la maladie que connaissent malheureusement aujourd’hui pas mal de ses confrères artistes dont le dernier en date Florent Pagny lutte en ce moment contre ce fléau du siècle pas encore dézingué et pourtant ce n’est pas faute de fournir des dons de plus en plus nombreux à destination de la recherche avec des scientifiques de plus en plus nombreux sur lesquels on peut compter pour venir un jour à bout du moins on l’espère de ce fléau qu’est le crabe. Pour Axel Bauer, les choses semblent fort heureusement bien se passer et il semble aujourd’hui être remis sur pieds, ce qui ne l’empêche pas d’en parler de façon très ouverte et avec l’honnêteté qui est sa marque de fabrique via l’un des nouveaux textes qui composent ce nouvel album et qu’il a intitulé « C’est malin », un texte qui montre que la vie d’un être humain peut basculer au moment où une mauvaise nouvelle vient frapper de plein pieds son existence, et qui est bien présente pour lui démontrer malheureusement que la vie est une loterie et que personne n’est malheureusement pas invincible face à la maladie. Le texte évoque également que le fait justement de se croire immortel et par conséquent à l’abri de tout, nous fait trop souvent ignorer forcément les premiers signes d’avant-garde d’une santé qui défaille et/ou tout simplement de ne pas y faire attention. Oeuvre que l’on peut classer d’intimiste, ce nouvel effort musical rend également hommage au père d’Axel Bauer qui fut le speaker de Radio Londres qui donne justement son titre au single que l’on peut entendre en ce moment, dans le cadre de l’émission qui parle aux diverses générations, « Les Français parlent aux français », diffusée via les studios de la BBC à travers la France sous le joug de l’occupation, entre autre. Peu bavard sur le thème de la guerre, le père d’Axel Bauer en dévoilera un peu plus à travers sa biographie « 40 degrès à Londres », qui a permis à Axel Bauer de mieux connaître la psychologie de son père, ce héros dont la voix de l’époque a été insérée à travers cette chanson, afin de lui donner un côté plus authentique. Ce second texte tombe malheureusement pile poil avec l’actualité du moment avec une Europe replongée dans les plus sombres travers de sa mémoire , qu’elle ne pensait plus revivre mais c’était sans compter sur la folie meurtrière de Poutine qui est venue changer la donne. Bien malgré lui, l’artiste a toujours été cantonné depuis des décennies aux trois tubes que sont Cargo, Eteins la lumière et A ma place, ce sublime duo avec Zazie, et pourtant Axel Bauer, c’est plus que cela c’est un artiste avec un grand A qui au-delà de son métier, aime jouer avec les plus grandes pointures dans le domaine de la guitare, à travers le collectif United Guitars, mais ce qui dérange très certainement le milieu musical, c’est qu’Axel Bauer demeure un artiste libre et qui ne fait pas de concessions pour arriver au résultat qu’il veut conférer à ses productions, et donc pour lui pas question de tomber dans les pièges de certaines maisons de disques qui poussent à la surproduction avec des enregistrements qui trop souvent délaissent la sonorité des vrais instruments de base pour en revenir à la technologie qui est pourtant dépourvue d’un supplément d’âme que l’on aimerait pourtant retrouver en ces périodes troublées. Ce nouvel album d’Axel Bauer est un véritable journal intime qui se laisse lire au fil des plages musicales, qui devrait remettre l’artiste sur le devant de la scène, lui qui bien malgré lui a connu une carrière en dents de scie, mais ce nouvel opus devrait finir par le reconcilier avec l’ensemble du métier, car au niveau public il n’a plus rien à prouver et sa cause lui est acquise depuis longtemps. Comme les chiens ne font pas des chats, le fils d’Axel Bauer a participé à une récente édition de The Voice France qu’il n’ a pas remporté mais qu’à cela ne tienne, il marche sur les traces du père et devrait nous offrir à son tour de nouvelles surprises musicales dans un futur que l’on espère proche.

CHRISTOPHE COCU (542)

Auteur ConFestMag
Président du fan club officiel de Mylène Farmer Belgique

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :