15 ans après, le monde chiale encore ! :

Si l’on devait dresser une liste des artistes dont la trajectoire s’est brisée très tôt en plein vol, il est bien évident que Grégory Lemarchal ferait partie de ces derniers. Lui qui voulait écrire l’histoire comme il aimait à se le répéter à l’occasion d’un premier single sorti après un véritable triomphe et plébiscite des suites de sa participation à l’occasion de la quatrième saison de la Star Academy , n’aura finalement pas pu ouvrir quantité infinie de chapitres, vu que sa carrière s’est terminée voici déjà 15 longues années de manque, atteint et emporté par la mucoviscidose, alors qu’il avait à publié deux albums dont l’un était resté inachevé, lui qui avait très certainement beaucoup de choses à dire et à jouer car on sentait qu’il était également destiné à une carrière d’acteur, avec sans doute un chemin à creuser dans le milieu artistique et gageons qu’il aurait fait partie de ceux qui comptent. Pour lui rendre hommage sort ces derniers jours un coffret intitulé 15 ans, dans lequel on retrouve 13 tubes qui ont jalonné sa courte carrière dont 4 reprises de Balavoine, « SOS d’un terrien en détresse », de Bécaud « Et maintenant », de Brel, « Quand on n’a que l’amour » et de Goldman, « Envole Moi ». Dans l’édition collector, on retrouve aussi les propres interprétations de l’artiste autour de 3 grands standards que sont « Le Chanteur » de Balavoine, « Zora sourit » de Céline Dion et « Si tu veux m’essayer » de Florent Pagny. Histoire d’associer des mots et de la musique à l’image, ce coffret permet également de retrouver en DVD, son spectacle qu’il avait donné à l’Olympia en 2006, et qui fut un véritable triomphe, à tel point que l’on en attendait toute une poignée d’autres à la suite, mais malheureusement le destin en a décidé autrement. Pour celles et ceux qui n’auraient pas vu le téléfilm que TF1 a consacré à son artiste vedette, sachez qu’il a été rediffusé pas plus tard que cette semaine sur la RTBF (chaîne belge), et qu’il est visible à nouveau sur l’application Auvio de cette même chaîne. Comme bon nombre de ses admirateurs, les parents de Grégory souhaitent bannir de leur vocabulaire « faire son deuil », car les années ont beau passer, il est impensable de faire le deuil d’un enfant que l’on a porté, surtout que la logique des choses voudrait que ce soit les parents, qui partent en premier et non l’inverse. Depuis la disparition de leur fils, Pierre et Laurence ont mis leur chagrin au service d’autres malades en tentant de les accompagner au mieux car hélas pour ce qui est de la maladie on n’a pas encore trouvé de solution miracle pour l’endiguer, mais on peut quand même tout tenter pour la rendre moins insupportable. Etant considérée comme une maladie non-contagieuse, la mucoviscidose n’en demeure pas moins une maladie génétique qui reste incurable et qui touche pas moins de 7.000 patients à travers la France et l’Europe. Grâce à l’association mise sur pieds par les parents de Grégory Lemarchal, on a pu ouvrir en mars dernier, la Maison Grégory Lemarchal, qui est un espace financé par les dons récoltés par l’association, et qui va ainsi permettre d’accompagner les malades, tout en leur permettant de dépasser la barrière de la maladie afin de réaliser leurs rêves et leurs projets de vie grâce à l’art-thérapie, au chant, au théâtre et de soins esthétiques. Concernant l’évolution de la maladie, Laurence et Pierre savent que ce n’est pas gagné et que le chemin est encore long, mais la Science confère une forme d’espoir jamais obtenue auparavant. Grâce à sa soeur Leslie qui a donné naissance à deux enfants, les parents retrouvent peu à peu le goût de fêter les moments qui comptent en famille, tout en n’oubliant pas bien entendu Grégory. Pour les amateurs de musique, reste pour l’instant ce nouveau coffret en guise de bouteille à la mer, à la postérité mais surtout à la vie.

CHRISTOPHE COCU (542)

Auteur ConFestMag
Président du fan club officiel de Mylène Farmer Belgique

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :